OuLiPo

Fatrazie ] Recherche ] Eh ! Go Ego Home ] Contact ] Plan du site ] Réf Errances ] Alphonse Allais ]

 

Actualités ] Bibliothèque oulipienne ] Les beaux jeudis de l'Oulipo ]


Historique - Jalons - Pétitions de principe - Et maintenant


Présentation par Marcel Bénabou et Jacques Roubaud

OULIPO ? Qu'est ceci ? Qu'est cela ? Qu'est-ce que OU ? Qu'est-ce que LI ? Qu'est-ce que PO ?
OU c'est OUVROIR, un atelier. Pour fabriquer quoi ? De la LI.
LI c'est la littérature, ce qu'on lit et ce qu'on rature. Quelle sorte de LI ? La LIPO.
PO signifie potentiel. De la littérature en quantité illimitée, potentiellement productible jusqu'à la fin des temps, en quantités énormes, infinies pour toutes fins pratiques.
QUI ? Autrement dit qui est responsable de cette entreprise insensée ? Raymond Queneau, dit RQ, un des pères fondateurs, et François Le Lionnais, dit FLL, co-père et compère fondateur, et premier président du groupe, son Fraisident-Pondateur.
Que font les OULIPIENS, les membres de l'OULIPO (Calvino, Perec, Marcel Duchamp, et autres, mathématiciens et littérateurs, littérateurs-mathématiciens, et mathématiciens-littérateurs) ? Ils travaillent.
Certes, mais à QUOI ? A faire avancer la LIPO.
Certes, mais COMMENT ?
En inventant des contraintes. Des contraintes nouvelles et anciennes, difficiles et moins diiffficiles et trop diiffiiciiiles. La Littérature Oulipienne est une LITTERATURE SOUS CONTRAINTES.
Et un AUTEUR oulipien, c'est quoi ? C'est "un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir".
Un labyrinthe de quoi ? De mots, de sons, de phrases, de paragraphes, de chapitres, de livres, de bibliothèques, de prose, de poésie, et tout ça...
Comment en savoir plus ? En lisant.
En lisant quoi ? D'abord quelques ouvrages de base, comme ceux-ci, qui donnent une vue d'ensemble de la production oulipienne, théorique et pratique jusqu'en 1981 :

OULIPO, La Littérature Potentielle, ed. Gallimard, 1973 (2ème édition, Folio, 1988),
OULIPO, Atlas de Littérature Potentielle, ed. Gallimard, 1981 (2ème édition, Folio, 1988)

Et bien sûr, pour approfondir la Bibliothèque Oulipienne dont six tomes parus à ce jour réunissent les 85 premiers numéros (sur 131).

L'Abrégé de littérature potentielle, en revanche, sera une parfaite introduction pratique aux travaux oulipiens.


LA photo de base, dédicacée par Luc Etienne, debout à gauche de Georges Perec.


L'OUVROIR DE  LITTÉRATURE POTENTIELLE   

Historique : L'Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) a été fondé, Le 24 novembre 1960, par François Le Lionnais, Raymond Queneau et une dizaine de leurs amis écrivains et/ou mathématiciens et/ou peintres : Albert-Marie Schmidt, Jean Queval, Jean Lescure, Jacques Duchateau, Claude Berge et Jacques Bens selon le tapuscrit de ce dernier, secrétaire définitivement provisoire du début. La réunion fondatrice a eu lieu au restaurant "Le Vrai Gascon", 82 rue du Bac à Paris.

Le propos était d'inventer de nouvelles formes poétiques ou romanesques, résultant d'une sorte de transfert de technologie entre Mathématiciens et Ecriverons (sic).

Au départ le Séminaire de Littérature Expérimentale devaient s'inclure dans l'Accommission des Compositions du Collège de Pataphysique, chaque séministe ayant le titre de Dataire.

En fait, la présence, dès la deuxième réunion de Noël Arnaud, Régent de 'Pataphysique générale et de Clinique de Rhétoriconose a induit l'intégration de l'OLiPo (Ouvroir de littérature potentielle)- en place de la dénomination SLE, contestée - au sein de la sous-commission des Epiphanies et Ithyphanies, elle même incluse dans la commission des Imprévisibles dont l'un des Présidents était le Transcendant Satrape ... Raymond Queneau.

A la réunion suivante, le 13 janvier 1961, se joignent Latis qui complète à 10 la liste définitive des membres fondateurs et Ross Chambers. Il y est décidé, afin d'éviter toute confusion, de rattacher l'OuLiPo, nouvelle et définitive dénomination proposée par Latis à la sous-commission de l'Acrote du Collège, l'Acrote désignant le but idéal vers quoi doivent tendre les efforts de tous les hommes.

Ross Chambers (Australie), André Blavier (Belgique) et Stanley Chapman (Angleterre) sont élus correspondant étrangers le 13 février 1961. Paul Braffort est élu le 13 mars 1961 puis comme correspondant belge (?) ou hollandais (?) le 28 avril 1961 et Marcel Duchamp ( Etats-Unis) le 16 mars 1962.

Le 28 mai 1961 il est relaté que Sa Magnificence le baron Mollet, ancien secrétaire d'Appolinaire et Vice-Curateur (chef suprême) du collège de 'Pataphysique a modifié la composition des commissions du collège pour accorder à l'OuLiPo une autonomie interne, avec rang de sous-commission, toujours au sein de la commission des Imprévisibles.

Les premiers travaux furent publiés dans les Dossiers du Collège de 'Pataphysique (Dossier n°17)

Seront cooptés ultérieurement : Jacques Roubaud en 1966, Georges Perec  - qui sera une cheville ouvrière de l'Ouvroir - en 1967, Marcel Benabou, Luc Etienne (octobre 1970).

Paul Fournel (1972), Harry Mathews (1974), Michèle Métail (1975), François Caradec et Jacques Jouet (1983), Hervé Le Tellier (1992),  , Pierre Rosenstiehl (1992), Bernard Cerquilini (1995), Michelle Grangaud et Oskar Pastor (1995), Ian Monk (1998),  Anne Garréta (2000) et Olivier Salon (2000) et 
Valérie Beaudouin en février 2003 et Frédéric Forte (2005)complètent la composition actuelle de l'Ouvroir, les derniers étant nommés en tant que membres associés, semble-t-il, puisque les statuts du 7 mai 1962 limitaient à 10 ou 12 le nombre de membres actifs.

Quelques événements de référence durant la Genèse :

22 sable 88 EP (vulg 22 décembre 1960) : création de la sous-commission de l'Oulipo au sein du collège de 'Pataphysique.
13 février 1961 : méthode S + 7
26 juin 1961 : Cent mille milliards de poèmes
22 sable 89 EP (vulg. 22 décembre 1961) : dossier de Littérature Potentielle, premiers travaux de la Sous-Commission de l'OuLiPo. (Dossier n° 17).
7 mai 1962 : Statuts de l'OuLiPo
2 juillet 1962 : première manifestation privée de l'antiféminisme oulipien (ou de son secrétaire provisoire) : les femmes invitées sont placées en bout de table.
24 août 1962 : lipogrammes, isovocalismes, holorimes.
28 novembre 1962 : isosynthaxisme.
20 gidouille 93 EP : l'Oulipo élevé au rang de Co-Commission au Collège de 'Pataphysique.
1967 : cooptation de Georges Perec.
1967 : publication par Jacques Bens du "Guide des jeux d'esprit" (Albin Michel).
1970 : cooptation de Luc Etienne.
1973 : publication de "La littérature potentielle" chez Gallimard
23 août 1973 création de l'OuliPoPo premier d'une série d'Ou-X-Po
1974 : début de la création de l'OuCiPo
1981 : création de l'OuPeinPo
1981 : publication de l' "Atlas de littérature potentielle" chez Gallimard

Pétitions de principe mises en exergue dans la "Petite fabrique de littérature" de Duchesne et Legay éditée chez Magnard (1990)

" Prenez un mot, prenez-en deux faites cuire comme des œufs, prenez un petit bout de sens puis un grand morceau d'innocence, faites chauffer à petit feu au petit feu de la technique, versez la sauce énigmatique saupoudrez de quelques étoiles, poivrez et puis mettez les voiles. Où voulez-vous donc en venir ? A écrire vraiment ? à écrire ? " Raymond QUENEAU.

"Au fond, je me donne des règles pour être totalement libre." Georges PEREC.

Et maintenant où en sommes nous ?

Dernière composition connue de l'Oulipo : 35 membres dont 13 sont excusés pour cause de décès.

A la suite du décès, survenu le 1er avril 2003,  de Noël Arnaud, leur président, les Oulipiens se sont réunis en conclave le lundi 12 mai, pour procéder à l¹élection d¹un nouveau bureau. Pour la présidence, leur choix s¹est porté sur Paul Fournel, qui devient ainsi, après François Le Lionnais et Noël Arnaud, le troisième président de l¹Ouvroir de Littérature Potentielle. Marcel Bénabou a été maintenu dans une double fonction de secrétaire (provisoirement définitif et définitivement provisoire.

Les plus actifs sont des participants réguliers aux "Jeudis de l'Oulipo" qui réunissait à l'amphithéâtre de Jussieu, 9 fois par an un public enthousiaste. Les lectures se sont ensuite faites au Forum des images des Halles, plus adapté au nombre d'auditeurs de plus en plus nombreux. Les travaux de ce dernier ont amené à une nouvelle domiciliation : depuis le mois d'octobre 2005 les lectures ont lieu à la Très Grande Bibliothèque François Mitterand.

Démonstrations y sont faites de l'esprit et de la lettre des oulipien(ne)s qui sont "des rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir".

Nombreuses manifestations publiques ès qualité ou en liaison avec l'Association Perec, l'Outrapo ou l'OuPeinPo.

Les membres de l'Oulipo animent également de nombreux ateliers d'écritures dont le  méridional "Vendanges d'été" avec comme correspondante locale Régine Detambel. Depuis quatre ans ils sont accueillis régulièrement à Lille et au mois de juillet

Activité éditoriale importante depuis 1992. Entre autres, publication des fascicules n°53 à 145 de la Bibliothèque Oulipienne chez Castor Astral,  mais un des dernier paru, Pas de deux de Jacques Jouet et Olivier Salon est mentionné comme "n'étant pas une Bibliothèque Oulipienne" et n'est pas numéroté ! Sans compter un numéro 666 , dit du diable.

Le magazine littéraire a consacré à l'OuLiPo son numéro de mai 2001

2005 : naissance du site des oulipiens

Potentialités : voir entre autres Ref Errances (mes liens) Bibliographie  Atelier d'écriture

Votez
Si vous avez aimé ...